top of page

Search Results

92 éléments trouvés pour «  »

Posts de blog (17)

  • Roi du Québec : Le Muskellunge

    Par David Graham (avec Jimmy Lacerte) : 17 novembre 2022 Ma poursuite du puissant maskinongé est attendue depuis longtemps, et en partie à cause de mon habitude de m'imposer des stipulations... dans ce cas, je dois simplement attraper mon premier maskinongé avec Jimmy Lacerte. Jimmy, originaire de Saint-Jean-sur-Richelieu dans la province de Québec, au Canada, attrape d'énormes maskinongés... mais son habitude de les pêcher à partir de bateaux pneumatiques donne une tournure particulièrement humble à sa poursuite de ces monstres fantastiques. J'ai suivi les exploits multi-espèces de Jimmy autour du Québec pendant des années... poisson castor, lépisosté à long nez, tambour d'eau douce, esturgeon, brochet, carpe, saumon/truite et plus... mais les maskinongés du mec sont juste à un autre niveau de génial. "Je pêche des maskinongés depuis environ 13 ans maintenant. J'ai commencé à suivre ce prédateur au sommet à l'automne 2009. Après avoir vu plusieurs vidéos d'un pêcheur les attrapant du rivage, j'ai contacté le gars et il a eu la gentillesse de me donner quelques repères. Avec des amis, nous avons commencé à pêcher les affluents du fleuve Saint-Laurent (canaux, rivières et petits lacs). À partir de ce moment, j'ai attrapé la maladie musquée!" -Jimmy Lacerte Le maskinongé est vraiment le prédateur par excellence de l'Amérique du Nord... et l'un des plus gros poissons d'eau douce d'Amérique du Nord. Ses nageoires dorsale, pelvienne et anale sont placées à l'arrière d'un corps allongé comme une torpille. Sa tête est aplatie avec une bouche fermée cachant un formidable ensemble de mâchoires pleines de dents aiguisées. Principalement un prédateur en embuscade, les maskinongés sont tout aussi heureux dans une baie peu profonde et envahie par les mauvaises herbes que sur des structures rocheuses profondes. Le musky utilise son profil long et maigre pour se cacher parmi les herbiers marins, les tas de roches et les piliers de pont où il chasse. Tout poisson sans prétention pénétrant dans ces zones sera agressé avec une vitesse incroyable. Les maskinongés géants traverseront différents modèles environnementaux selon les saisons. Il s'agit d'une espèce de poisson qui exigera des pêcheurs qu'ils s'adaptent aux schémas... comprendre le poisson et comprendre son fourrage tout de même. Les pêcheurs à la ligne qui cherchent à poursuivre des maskinongés géants comme ceux trouvés dans le système du Saint-Laurent au Québec devraient tenir compte de ces facteurs saisonniers. Printemps / été - Au printemps et au début de l'été, les pêcheurs doivent se concentrer sur les zones peu profondes avec une végétation dense. Au fur et à mesure que les jours d'été deviennent de plus en plus longs et chauds, les maskinongés voyageront plus profondément dans les eaux plus froides et plus près des lignes de courant. Pendant ce temps, ils aiment les eaux plus profondes qui se trouvent au bord des bas-fonds, où l'accès dans et hors des eaux peu profondes est facile. Automne - En automne, il est souvent plus difficile de trouver du musky, mais les chances d'avoir un spécimen plus gros peuvent être plus grandes. Cela est dû, au moins en partie, au fait que les maskinongés augmentent leurs réserves de graisse avant l'hiver. C'est la saison préférée de Jimmy Lacerte, en raison des chances accrues d'un vrai géant. Pêche hivernale et blanche - Autour du Saint-Laurent, des températures inférieures à 0 degré Celsius peuvent geler les maskinongés. Sur la glace, Jimmy utilise principalement des tip ups avec du maquereau ou des ventouses mortes. Des montages conçus pour un hameçonnage rapide sont suggérés pour éviter un poisson accroché en profondeur. La menace d'un maskinongé profondément accroché peut être évitée avec des leurres artificiels tels que des appâts à manivelle sans lèvres et des jigs verticaux. Les maskinongés deviennent gros... vraiment gros. C'est un poisson exceptionnellement grand, rapide et puissant que l'on trouve généralement près des structures et des accrocs. Pour cette raison, il est essentiel d'avoir un équipement approprié. Une attention particulière doit être portée à la longueur et au poids de la canne compte tenu de l'environnement dans lequel vous pêcherez. Des cannes à pêche Longue canne à pêche - Dans les milieux où des lancers plus longs peuvent être nécessaires - et pour un meilleur 'figure 8' Jimmy Lacerte préconise des cannes à lancer lourds (heavy, x heavy ou xxheavy+) de la longueur qui vous convient selon vos techniques utilisées. La « figure 8 » est une technique spécifiquement développée par les pêcheurs de maskinongés pour provoquer des frappes en bord de bateau. Le maskinongé a l'habitude de suivre les leurres sur une grande distance, jusqu'au bateau sans frapper. Dans un effort pour attirer une frappe de dernier moment, les pêcheurs plongeront la pointe de leur canne dans l'eau du bord du bateau et la déplaceront en forme de 8. Un leurre tournant traversera le visage d'un musky, dont les yeux sont sur les côtés de la tête, et potentiellement déclencher une morsure. Canne à pêche courte - Pour les leurres qui nécessitent de la finesse et des mouvements manuels comme un glidebait, Lacerate suggère une canne courte. Des cannes plus courtes et moins rigides seront plus adaptées pour créer de l'action dans certains leurres artificiels. Moulinet de pêche Lacerte privilégie les modèles de lancers lourds (taille 300 ou 400) avec une poignée de puissance pour une récupération facile des leurres. Les ratios plus rapides avec cette configuration permettent une récupération plus rapide de la ligne - en particulier pour les leurres en caoutchouc plus gros ou les appâts glissants. Fil de pêche Un test minimum de 50 lb est suggéré pour ces poissons. La ligne tressée est le choix préféré de Lacerte en raison de son diamètre beaucoup plus petit. La ligne tressée n'a pas non plus l'élasticité du monofilament, ce qui la rend plus sensible aux touches délicates. L'apprentissage de la tresse garantit également que les hameçons s'ancrent profondément dans la bouche solide des maskinongés. " Je préfère un fil de 65 à 80 lbs tressé pour avoir moins de chance de casser en gardant un diamètre de fil relativement petit et pour raccourcir au maximum les combats. Je mets toujours un bas de ligne fluorocarbone de 130 lbs de résistance et d'une longueur d'environ 18 pouces pour la subtilité et la résistance à l'abrasion (roche et dent). Pour la pêche à la traîne je conseille un bas de ligne d'au moins 30 pouces pour éviter de couper la tresse sur les rochers ou pour anticiper les déplacements des alligators du maskinongé." - Lacerte Leurres de pêche Au Québec, les appâts vivants sont interdits et les appâts morts ne sont autorisés qu'en saison hivernale. En conséquence, Lacerte passe d'innombrables heures sur l'eau chaque année à étudier la façon dont les maskinongés réagissent à divers leurres artificiels.Lacerte insiste pour lancer et animer lui-même des leurres plutôt que de pêcher à la traîne. Il a décomposé ses leurres et présentations préférés. Jigging avec de gros caoutchoucs - (bulldawg, suzy sucker, swimming dawg) dans des fosses profondes près des pentes des îles sous-marines et d'autres structures. Parfois je les utilise comme swimbait ou je les branle en suspension. Spinnerbait et spinnerbait inline (bucktail et double 10) dans les baies peu profondes à proximité des herbiers. J'aime particulièrement cette méthode la nuit ! Utiliser la récupération linéaire Glidebaits - Probablement l'un des leurres les plus efficaces ! Il peut être manœuvré presque n'importe où. Son action « promener le chien » provoque des crises même les jours les plus difficiles. Il peut être adapté en eau peu profonde et profonde avec des pauses plus lentes, plus rapides ou même sans pause ! En plus des cannes & moulinets, lignes et leurres... il est surtout important de venir équipé de matériel pour la manipulation soigneuse de ce poisson. Un bon filet est indispensable pour ne pas épuiser cette espèce fragile. Un jeu de pinces et de cutters pour bien décrocher ou couper les hameçons si besoin ! « Je pêche le maskinongé sur les structures où il y a le plus de gros poissons-appâts (doré, achigan, meunier et chevalier de rivière) en les imitant le plus possible. Je suis les vents et courants dominants tout en travaillant sur toutes les structures disponibles. recette comme celle-ci il est très difficile de faire du skunk même si cela arrive parfois.Dans les conditions les plus difficiles je pêche des spots plus petits avec un grand nombre de poissons pour avoir plus de chance.Une journée moyenne de chasse au maskinongé se termine pour moi avec 1 ou 2 poissons. Les bons jours vous pouvez prendre plus de 5 maskinongés. En raison de la courte période de pêche au maskinongé au Québec, une saison d'une cinquantaine de poissons est une bonne saison. Mon record annuel de prises est de 79 maskinongés dont 21 spécimens de 50 pouces de plus et 3 dépassant la légendaire 55 pouces. Si vous pêchez dans des eaux à forte pression de pêche, n'hésitez pas à pêcher de nuit !" -Jimmy Lacerte Lacerte pêche autour de Montréal dans le célèbre fleuve Saint-Laurent et ses affluents. Peut-être le plus intéressant - il traque ce prédateur ultime à partir d'un bateau pneumatique qu'il peut ranger dans sa Jeep. Vous devez apprécier un pêcheur qui tire le meilleur parti des ressources à sa disposition. Les bateaux pneumatiques "équilibrent" parfaitement l'efficacité économique et l'aspect pratique. "Je ne peux pas m'offrir un gros bateau de pêche tout équipé. Quoi qu'il en soit, je n'en ai pas eu besoin pour débarquer plusieurs gros poissons chaque année. Mon bateau pneumatique de 16 pieds rentre dans ma Jeep 2 portes. En raison de sa légèreté (105 lb), je peut charger et décharger toute la plate-forme moi-même." -Lacerte L'utilisation de ce genre de motomarine est géniale. Comme un kayak ou un canoë, il est facile à transporter et peut être mis à l'eau de pratiquement n'importe où... plongé dans des eaux qui seraient autrement inaccessibles aux bateaux remorqués. L'avantage ici est que les bateaux pneumatiques ont la capacité d'y monter un moteur hors-bord plus gros. Ces bateaux peuvent également être très personnalisables. Jimmy a construit une plate-forme de lancer avec un moteur de pêche à la traîne iPilot sur la proue de la sienne. Jimmy Lacerte peut être trouvé et contacté via Instagram à @jimmylacerte

  • Convergence : un voyage en alligator gar

    Par David Graham: 30 septembre 2021 Il doit y avoir 7-8 ans que je suis tombé sur la vidéo d'un pêcheur, les genoux bien plantés sur le pont d'un kayak boueux en train de se battre avec une bête inconnue. Positionné de manière unique entre le pêcheur et la caméra se trouvait l'aperçu granuleux, oserais-je dire de mauvaise qualité, d'un monstre ébloui par le soleil se débattant - les dents ouvertes - avant de disparaître hors du cadre. Cette vidéo montrait le pêcheur Josh Dolin (@haverods_willtravel) engagé dans une guerre épique avec un alligator gar. La brève image laissait suffisamment de place à l'imagination, elle exigeait presque une enquête plus approfondie et des «clics». Aussi éphémère que soit la vidéo, j'ai reconnu ces banques boueuses et ces mâchoires pleines de dents de n'importe où. J'avais déjà moi-même entrepris plusieurs voyages pour cette espèce, mais cela se produisait encore à une époque où peu de pêcheurs le faisaient par leurs propres efforts et dépenses... sans le service d'un guide. Cours de collision - Peu de temps après, Josh et moi avons entamé une conversation en ligne sur le sujet de l'alligator gar ... demandant et partageant des expériences et des conseils - au cours de l'établissement de relations organiques, nous avons trouvé un intérêt commun pour la poursuite de bizarreries d'eau douce et de gros poissons. Au cours des dernières années, Josh et moi nous sommes rencontrés à la poursuite de diverses espèces de la Virginie à la Floride - en regardant les têtes de serpent du nord, les nageoires arc, les lépisostés, les tarpons, les snook, les mérous goliath et tout le spectre des espèces exotiques du sud de la Floride. Pourtant, il était tout à fait approprié que notre parcours en tant que pêcheurs se heurte sur les mêmes rives boueuses d'où notre amitié est née. Nous avons tracé le parcours et planifié une aventure d'une semaine à la poursuite du puissant alligator gar sur la rivière Trinity. Le voyage commence - Je me suis dirigé vers l'aéroport avec un tube de bazooka plein de tiges et un coffre noir très résistant avec environ 50 livres d'équipement... mon équipement montre toujours les taches de saleté rouge des voyages de gar d'autrefois - des rappels que je n'ose pas se débarrasser de la croyance superstitieuse qu'ils peuvent apporter une fortune similaire. J'ai pris l'avion pour Dallas depuis Fort Myers - une escale de 3 heures a donné amplement le temps de réfléchir à ce que la semaine nous réserve. Si nos voyages précédents ensemble servaient d'indication, j'aurais dû préparer une trousse de premiers soins. Mon dernier vol m'a amené à College Station où, à l'atterrissage, l'avion a fait un virage rapide vers le terminal permettant au plein effet du soleil du Texas de pénétrer mon siège côté fenêtre, un rappel instantané de l'intensité de la chaleur du Texas - le genre qui vous transperce. Pas de temps à perdre - Lorsque Josh s'est arrêté, bateau en remorque, nous avons sauté toutes les plaisanteries ou salutations excessives - partageant un objectif singulier immédiat sur la capture d'appâts pour la semaine. Nous avons quitté l'aéroport et nous sommes dirigés directement vers les eaux d'aval d'un lac voisin. Pour être un pêcheur de gars efficace, il faut aussi être un pêcheur de carpes ou de buffles expérimenté. La récolte d'appâts est le premier obstacle incontournable à affronter au début de chaque voyage. Nous avons tous les deux déployé nos méthodes respectives pour attraper les carpes et les buffles qui vivent sous le barrage... maïs, avoine, cubes de gamme, pain et plus encore. Nous avions un plan A, B, C et plus encore - et étant donné que nous avions tous les deux pêché à cet endroit dans le passé, nous avions des raisons d'être optimistes quant à nos chances. Premier obstacle - Par chance, nous avons touché l'eau ce qui était probablement le jour le plus chargé de l'année... il y avait des bateaux, des canoës, des kayaks et des pêcheurs à gué à perte de vue. L'eau était anormalement basse, privée d'oxygène, et les poissons avaient toutes les raisons d'avoir peur. Au fur et à mesure que les minutes se sont transformées en heures - notre confiance a diminué ... nous avons dû pêcher 6 heures soit en attrapant de minuscules poissons-chats bleus, soit rien du tout avant que Josh ne se fixe enfin sur une belle carpe commune. Pourtant, avec toute la semaine devant nous, la journée était tardive et nous n'avions tout simplement pas assez d'appâts. Nous ne pouvions pas nous permettre une chance aussi rare. Face à la dure réalité que nous devrons peut-être brûler un deuxième jour ou plus pour attraper des appâts plutôt que de chasser le gar - nous avons décidé de jouer sur notre seul poisson-appât et de descendre la rivière ... rationnant la carpe entre nous deux cherchant à gagner retour un peu d'optimisme et d'énergie avec un alligator gar. Gambled Fortune - Nous nous sommes installés en aval de la rivière à l'un des premiers virages serrés - une piscine plus profonde juste au-dessus d'un haut-fond peu profond où nous avons coupé le moteur et commencé à balayer la surface à la recherche de signes de vie. Finalement, le son du gar « roulant » a voyagé sur la surface lustrée par la chaleur de la rivière jusqu'à nos oreilles - la rencontre fortuite avec un monstre était à portée de main. Sans perdre de temps, nous avons réparti les morceaux de carpes entre nos appâts respectifs - ceux que nous avions développés au fil de nos propres expériences - mais convergents dans leur développement et leur efficacité... Aussi longue et dure que fût la journée à ramasser les appâts, notre passage à l'élan a été rapide et difficile à croire. A peine ai-je lancé la première ligne et placé la canne dans son support que l'alarme électronique de touche a signalé une course avec ses tonalités aiguës. L'appât placé au fond pas plus de 10 secondes avant d'être ramassé. Après combien de temps et de fastidieux le processus de capture d'appâts a été, je dois admettre que la gratification instantanée ici m'a mis dans un espace de tête étrange - l'incrédulité peut-être - après avoir ri d'une telle fortune, j'ai rapidement sauté sur la proue du bateau de Josh et les jeux avaient officiellement commencé . Que les jeux émotionnels commencent - Le processus de sécurisation d'un alligator gar est minutieux. Comme aucune autre espèce, ils jouent avec vos émotions... les variables sont si vastes qu'un poisson qui commence sa durée de vie à peine plus longtemps que son ongle peut la terminer bien plus longtemps que son corps tout entier. La morsure du gar est maîtrisée - portant un appât parfois plus de 10 minutes, ils diminuent immédiatement le récit selon lequel ils sont un tueur vorace qui dévorera rapidement tout sur son passage ... des images mentales peut-être compatibles avec le physique, mais je m'égare. Au contraire, l'alligator gar vous oblige à attendre, alors que toute notre expérience en tant que pêcheurs à la ligne poursuivant pratiquement n'importe quel autre poisson a conditionné notre esprit et notre corps grâce à la mémoire musculaire pour frapper au point de contact. Ici, ce conditionnement doit être supprimé et un pêcheur peut se retrouver seul avec ses pensées. Quand 1 minute ressemble à une vie, 10 minutes sont une éternité pour réfléchir et intérioriser d'innombrables pensées et émotions. Après tout - ce poisson pourrait peser 10 livres, ou 250... "le poisson a-t-il couru trop longtemps ?" « n'a-t-elle pas couru assez longtemps ? "Est-ce même un garçon du tout?" "Ai-je fait le bon nœud et mon équipement est-il à la hauteur ?". Le processus de suivre un alligator gar est tranquille - mais effrayant dans la réalisation de son potentiel... comme la désactivation d'une bombe - inanimé dans sa forme non perturbée. Après la course émotionnelle, le poisson était toujours là - et satisfait du temps épuisé, j'ai reculé et j'ai engagé le poisson. Nous sommes arrivés serrés, solides au premier poisson du voyage et un brise-glace nécessaire. Lorsque le gar a fait surface, ce n'était pas un monstre - mais nous étions officiellement sur le plateau, et après ce que nous avions traversé juste pour obtenir un poisson-appât, c'était une bonne évasion temporaire de la réalité que nous avions encore besoin d'attraper plus d'appâts. Fortune Snapped - Ce soir-là, j'ai réussi à attraper quelques "petits poissons" de plus ... intéressant de noter que dans le domaine de l'eau douce, nous pouvons considérer un poisson de 40 livres comme petit. Nous avons terminé la soirée en beauté - en retournant à la rampe de mise à l'eau, optimistes que notre fortune avait tourné en notre faveur. J'ai sauté du bateau et j'ai couru sur la rampe en lambeaux et cassée pour reculer le camion et la remorque. En reculant le camion de Josh, j'ai immédiatement remarqué un étrange bruit de "grincement" - quelque chose n'allait PAS. Ce n'est pas mon véhicule, alors j'ai immédiatement sauté et alerté Josh du problème. Lors de l'examen du dessous du camion, nous avons observé des pièces et des morceaux de son essieu CV avant gisant dans le sable, nous étions en grande difficulté. Un essieu CV gravement endommagé signifiait que le véhicule était essentiellement inutilisable... à ce stade, nous étions morts au milieu de nulle part, garés dans du sable pur sur une pente raide au milieu de la nuit. Ici, je pense que nous avions atteint la bifurcation proverbiale de la route … ce point culminant de notre histoire où nous serions confrontés à la perspective très réelle de faire demi-tour et d'en finir là. Corde de sécurité - Belle est la nature de ce que nous faisons en tant qu'amateurs de plein air... Nous partageons un lien commun dans la poursuite du "jeu" qui est profondément ancré dans notre ADN. Intérêt inhérent et nature instinctive pour poursuivre un animal... instinct qui à une époque faisait la différence entre vivre et mourir de faim. Aujourd'hui, ce même intérêt respire et se manifeste encore, plus fortement chez certains que chez d'autres. Si nous exerçons notre passion pour le plein air de manière désintéressée, en tant que gardiens et ambassadeurs de ce que nous aimons, nous pourrions nous retrouver en compagnie d'autres personnes au bord de l'eau avec lesquelles nous pouvons partager un intérêt commun - pour forger des liens et une communauté avec. Josh a démontré cette philosophie et "Esprit De Corps" lorsque nos perspectives étaient sombres - il a appelé un autre pêcheur, Bryan Thornton, qui vivait à seulement 1 heure de route. Voici un gars qui vivait à plus de l'autre bout du pays que Josh avait rencontré rien de plus que l'intérêt commun d'attraper du poisson - acceptant de quitter sa maison au milieu de la nuit pour aider un autre pêcheur dans le besoin. L'incarnation de ce que devrait être une communauté sociale de pêcheurs - pas un jeu secret, complice et égoïste de méfiance et de jalousie ! Bryan a eu la gentillesse de nous retirer de notre triste situation cette nuit-là, transportant Josh et moi dans un hôtel voisin et remorquant le bateau jusqu'à la sécurité de sa maison. Ingéniosité en mouvement - Le lendemain, nous sommes retournés au camion pour évaluer l'étendue des dégâts pendant la journée. Certes, je ne suis pas le plus enclin à la mécanique... La nature de ce problème m'a rendu quasiment inutile. Le mieux que je pouvais faire n'était pas d'aggraver une situation déjà difficile en râlant et en pleurnichant. Pourtant, les heures s'écoulaient et nous n'étions pas plus près d'attraper des appâts. Josh et Bryan ont diagnostiqué le problème et ce qui était nécessaire pour une réparation de bricolage avant de se rendre en ville pour obtenir les outils et les pièces nécessaires. J'ai choisi de rester avec le camion et le bateau car ce n'était pas nécessairement le genre d'endroit où vous voulez laisser vos effets personnels. Dispersés autour du terrain se trouvaient des animaux errants, des bouteilles cassées et des déchets de pêche jetés. J'ai observé un épervier pratiquement détruit gisant à quelques pieds d'une benne à ordures, quelqu'un n'avait pas la décence de porter le pied supplémentaire pour s'en débarrasser correctement. Avec des heures de temps d'arrêt potentiels devant nous, j'ai ramassé l'épervier en lambeaux et une partie de la grande ligne de pêche qui traînait autour du terrain. Le filet a été gravement endommagé - avec environ 80% de sa circonférence déchirée là où le maillage se connecte à la corde lestée - et deux câbles de support principaux se sont cassés. Je suis allé travailler avec diligence en recousant le filet et en fusionnant les câbles cassés. Après environ une heure et demie de travail sur le net, j'ai finalement réussi. Avec Josh et Bryan encore jusqu'aux genoux dans l'huile, la graisse et le sable, je me suis dirigé vers les bas-fonds à la recherche de carpes et de buffles. De retour aux affaires - En parcourant les bas-fonds, j'ai trouvé des bancs de buffles et de carpes empilés derrière presque tous les arbres, rochers ou autres coupures de courant abattus. J'ai pataugé à la recherche de poches calmes contenant du poisson - où le filet pourrait débarquer efficacement le poisson hors du courant plus rapide qui ne ferait que le balayer. J'ai fait des moulages à vue directe en prenant soin d'éviter les mêmes accrocs qui l'ont réclamé à son propriétaire d'origine. Après environ une autre heure, j'avais rassemblé près d'une semaine de bisons - parfois jusqu'à 4 bisons d'un seul coup ! Je suis remonté jusqu'à la rampe avec un cordon (que j'ai également trouvé traînant) d'appâts victorieusement hissé sur mon épaule. J'ai atteint le sommet de la colline juste au moment où Josh et Bryan resserraient les derniers écrous et boulons et s'essuyaient les mains, nous étions de retour aux affaires ! Ce fut une victoire majeure au point culminant de notre voyage, où notre succès et notre échec dépendaient considérablement de la réparation du véhicule et de la capture de l'appât... nous avions terminé les deux simultanément. Nous avons serré la main de Bryan et il est rentré chez lui - Josh et moi avons décidé de faire une autre descente sur ce tronçon de rivière avec notre nouvel appât trouvé. Nous nous sommes installés dans le même virage, où la nuit précédente, Josh avait vidé une grande boîte de maïs dans l'espoir qu'elle attirerait des appâts potentiels. En attendant qu'un gar morde, nous avons monté une canne pour attraper l'appât. Josh, qui avait accroché une plate-forme avec du maïs, s'est instantanément accroché à quelque chose de GROS. Après une brève bataille, il a capturé une carpe herbivore d'environ 15 livres, ce qui équivalait à une journée entière d'appâts ! Nous avons débarqué un gar de plus cette nuit-là, et une deuxième grosse carpe herbivore pour démarrer - sécurisant l'appât pour le reste de la semaine. Gâteries subtiles - Le lendemain, nous nous sommes dirigés vers le nord - loin du tronçon désastreux de la rivière où notre voyage a failli dérailler. Nous avons fait escale sur un tronçon de rivière beaucoup plus éloigné, loin de la civilisation. Avec une glacière pleine d'appâts, nous avons remonté la rivière où, peu de temps après, j'ai observé une confirmation réelle que nous étions vraiment «là-bas». Un gros cerf de Virginie du Texas était allongé sur la rive du fleuve. Le pointeur 10 est resté juste assez longtemps pour que nous prenions quelques photos avant de sauter sur le talus escarpé et de disparaître dans la forêt. La rencontre a servi de rappel que parfois vous avez besoin de décompresser... enlevez vos yeux du prix, et profitez simplement de ce qui est autour de vous. Si nous avions été si absorbés par la pêche, nous aurions peut-être raté une telle gâterie imprévue. Géant sur le pont - Nous nous sommes installés dans un virage à 90 degrés de la rivière - juste au-dessus d'un trou profond où nous avions observé plusieurs poissons décents rouler. Avec des lignes dans l'eau et un sentiment de confiance renouvelé - les tonalités lointaines d'une alarme de morsure signalaient la course d'un gar. À ce stade du voyage, Josh n'avait pas encore attrapé de gar. Peu importait à qui appartenait la canne, c'était son tour. Nous avons positionné le bateau juste derrière le flotteur, observant le schéma caractéristique d'un gar en cours d'exécution. Le poisson descendit la rivière, s'installa brièvement dans un endroit calme avant de repartir à contre-courant. Au moment où nous étions convaincus que le poisson s'était engagé dans l'appât, Josh a dévidé - se connectant solidement avant de la frapper fort avec l'hameçon. Nous étions sur! Le poisson a creusé fort, refusant de laisser de la marge au couple de la canne, signe d'un poisson de taille de qualité. Finalement, le gar remonta à la surface, révélant violemment le profil serpentin d'un poisson à trois chiffres. Nous étions liés à notre premier au-dessus de la barre des cent livres! Nous avons travaillé le poisson vers les bas-fonds boueux où nous l'avons maîtrisé. Il n'y a malheureusement pas d'endroit propice pour vraiment "banquer" un gar sur la rivière Trinity... mais le danger fait partie de l'attrait. Pataugeant pour gaspiller la boue profonde, Josh a misé sur sa chance pour retenir physiquement un poisson que, si elle décidait ainsi de se débattre, il n'aurait aucune mobilité à éviter. Pourtant, elle est restée suffisamment conforme pour que nous puissions obtenir des photos et des vidéos vraiment impressionnantes. Je pense que nous partageons tous les deux un intérêt et une vision similaires pour vraiment capturer un moment via des photos et des vidéos. En tant que pêcheurs itinérants, nous ne savons tout simplement pas à quelle fréquence nous pourrons recommencer, et nous voudrions laisser peu de place au regret en regardant les photos sur la route. Monstres dans le noir - À ce stade, la mission était essentiellement terminée - nous avions réussi à faire équipe pour attraper un alligator gar de la taille d'un trophée, et pourtant .. il y avait la reconnaissance tacite qui menaçait que je n'avais pas encore éclipsé la barre des 100 livres. Après avoir capturé un autre poisson de classe 50-60 livres, le soleil a commencé à se coucher. La lumière du jour cède lentement la place à l'obscurité. Bientôt l'obscurité nous a consumés et il y a un noir profond dans le ciel lointain du Texas si éloigné de l'interférence des lumières de la ville. Notre résistance obstinée au silence de la nuit a été soudainement interrompue une fois de plus par les échos d'une alarme de morsure déclenchée quelque part invisible. Nous avons roulé jusqu'à la canne, la ligne vivante rampant encore lentement sous le remorquage du poisson inconnu. Aussi incertaine que puisse être l'expérience face à la surface de l'eau à visibilité nulle sous la lumière directe du soleil... elle est surtout angoissante sous le voile de la nuit. Nous avons suivi le poisson, pratiquement à l'aveugle, pendant une bonne partie de 10 minutes. Quand le moment était venu, j'ai engagé le poisson - h0okset a immédiatement rencontré une résistance égale. Nous étions attachés à un autre gros poisson... après une brève fouille, le poisson s'est levé - nous avons dirigé nos lampes frontales vers la ligne ascendante où la surface sombre de l'eau a éclaté avec le visuel de mâchoires ouvertes, se débattant violemment. Un tel spectacle illuminé et isolé dans le noir est difficile à décrire - le genre de visuel qui déclenche une peur primale tout aussi terrifiante qu'excitante... comme l'angoisse payante d'un film d'horreur. Nous avons amené le poisson et encore une fois nous avons éclipsé la barre des 100 livres. Nous étions tous les deux sur le plateau avec plus de jours pour pêcher ! Ici, nous avons partagé l'exaltation des réalisations de chacun, tout cela a été fait dans l'esprit d'un travail d'équipe où aucune victoire n'a été obtenue à lui seul. Nous avons accéléré le moteur pour retourner sur la rampe sur une note positive. "En proie" à la malchance - Il y avait cependant un problème progressif de diminution de la vitesse et de l'accélération tout au long de la journée. Le hors-bord de 60 ch de Josh avait du mal à atteindre plus de 15 mph et il est devenu clair que nous étions confrontés à un autre problème mécanique. Pour aggraver les choses, nous sommes retournés en boitant jusqu'à la rampe à travers ce qui a peut-être été la trappe à mouche la plus intense que j'aie jamais vue. Ce qui a commencé comme de petits groupes de mouches blanches s'est transformé en nuages épais et finalement en une tempête écrasante d'insectes. Les insectes étaient si mauvais que respirer par la bouche ouverte - ou même ouvrir les yeux était presque impossible. Il y avait des insectes qui volaient dans toutes les ouvertures qu'ils pouvaient trouver, dans les chemises, dans les pantalons et s'emmêlaient dans nos barbes. Les milliers de carcasses coagulaient avec nos vêtements boueux - recouvrant toutes les surfaces comme un goudron médiéval et des plumes. Entre le nouveau problème mécanique et l'état du bateau, il était clair que nous ne pourrions pas partir tôt le lendemain. À ce stade, notre voyage avait un schéma très clair - des hauts et des bas dramatiques, et nous devions être très résolus à rester aussi optimistes que possible avec des fluctuations aussi extrêmes de la fortune. Il semblait qu'aucun bon poisson ne viendrait sans « paiement ». Nous avons passé le lendemain à nettoyer l'entrée du hors-bord de Josh de la ligne de pêche que nous avions aspirée quelque part en cours de route et à nettoyer les insectes et la boue du bateau dans un lave-auto local. Accrocher la nouvelle chance - Jour 4, nous avions éliminé les bogues et remis le hors-bord dans un état optimal. Avec l'augmentation de la vitesse et de la poussée, nous pouvions maintenant étendre nos recherches - voyageant plus profondément dans les tronçons les plus reculés de la rivière Trinity. Nous nous sommes installés sur un coude très prononcé de la rivière adjacent à un trou profond. Il y a quelque chose d'impressionnant dans le potentiel de destruction de la rivière Trinity. Ses remblais sont marqués de rappels de la puissance qu'il peut devenir - avec des falaises abruptes et boueuses montrant où la terre a été littéralement arrachée, déracinant sans effort des arbres entiers pendant les phases d'inondation. Les virages les plus profonds des rivières sont le dépôt de débris... laissant le fond exploitable comme une cour virtuelle d'os de vieux arbres et de chicots. Les piqûres arrivaient lentement - avec beaucoup de ramassages et de chutes. Nous avons réussi un poisson décent dans les premières heures de la journée jusqu'à ce que finalement un ramassage solide. Alors que Josh faisait avancer le bateau vers l'avant pour se diriger vers la tige, la tringlerie de changement de vitesse du moteur hors-bord s'est cassée. Encore un contretemps mécanique, juste au moment où nous devions récupérer une ligne de course. Au moment où nous avons atteint la canne, le poisson avait déjà pénétré profondément dans les branches submergées d'un arbre abattu. Réalisant qu'il n'y avait aucun moyen de libérer le poisson de l'accroc, nous avons coupé la ligne pour lui permettre de passer de l'autre côté. Cela nous permettrait de retrouver le flotteur au fur et à mesure qu'il refait surface, et de le renouer. Malheureusement, le flotteur n'est jamais monté. Nous avons passé la majeure partie des 2 heures suivantes à courir le long de la rivière à la recherche du flotteur en vain. Une sensation affreuse de perdre un poisson de la pire des manières imaginables... en le laissant au risque de s'emmêler et de se faire tuer par la ligne traînante. Réalisant que la zone dans laquelle nous nous trouvions était tout simplement trop jonchée de débris sous-marins, nous nous sommes dirigés loin en aval vers un nouveau tronçon. Nous nous sommes installés sur un virage à 90 degrés prometteur dans la rivière tard dans la soirée. Après avoir posé toutes les lignes, nous avons patiemment attendu que la tranquillité de ce qui nous entourait soit brisée par les tonalités d'une alarme de morsure. Le silence a été interrompu momentanément par la sonnerie de mon téléphone portable - ma femme. "ce ne serait pas le moment de manger un morceau" ai-je plaisanté... Mais la pensée est devenue réalité, et au milieu de la conversation, nos paroles ont été interrompues par une course très déterminée. Le poisson se déplaçait fort et vite, suffisamment pour qu'il sorte la canne du support et glisse dans la vase ! J'ai rapidement remercié ma femme pour sa bonne chance et nous nous sommes précipités à la canne. La violence monte - En nous positionnant au-dessus du poisson, nous le suivions lentement, ligne verticale afin de nous donner une plus grande chance d'éviter les accrocs sous-marins. Lorsque j'ai posé l'hameçon, il était difficile de dire la taille du poisson - soit il courait vers nous, soit il n'était pas encore conscient du danger. Notre incertitude fut cependant de courte durée, car le poisson remonta rapidement à la surface et jaillit hors de l'eau avec un violent hochement de tête. La caractéristique la plus emblématique du combat de l'alligator gar est sa propension à quitter l'eau au combat. Même les poissons de plus de 7 pieds prendront l'air et la plupart sont bons pour au moins 1 ou 2 sorties spectaculaires. Ce poisson explosait hors de l'eau maintes et maintes fois ! À un moment donné, cependant, la pêche a juste... changé. Elle a soudainement creusé profondément dans le trou dans lequel nous pêchions - peut-être à environ 25 pieds et ne voulait tout simplement pas bouger. La ligne s'est tendue à 100 %, juste en dessous du bateau et mon estomac s'est lâché... ai-je ENCORE été victime d'un arbre submergé ! ? La question a tourné dans ma tête alors que le doute de soi et la négativité se sont glissés. Des bulles ont commencé à remonter à la surface et j'ai pensé à coup sûr que c'était le résultat de l'arbre enfoncé perturbant le fond limoneux... mais ce n'étaient pas ces minuscules bulles gazeuses piégées. . C'étaient de grosses bulles profondes. Il m'est venu à l'esprit que le poisson 'vidait les réservoirs' ! Sac d'astuces - L'Alligator gar est un reniflard bimodal, ce qui signifie qu'il est équipé d'une vessie natatoire unique qui peut servir de poumon primitif. Une adaptation de survie qui permet au poisson d'« avaler » l'air de la surface dans des conditions d'oxygène appauvri. Donnant au gar un avantage sur les autres poissons qui peuvent devenir lents et léthargiques dans des conditions similaires. Cette caractéristique est également la façon dont ils régulent leur flottabilité, presque comme un sous-marin écailleux. Dans ce cas, le poisson avait vidé tout son oxygène stocké et était maintenant à une flottabilité pratiquement nulle… J'essayais de soulever 100% de son poids corporel du fond. Josh s'est mis en position avec le lasso - et j'ai fait une traînée de verrouillage au risque de casser ma ligne ou d'hameçons pliés. J'ai soulevé le poisson aussi fort que possible à la surface. Josh, risquant tout, fixa le canon de l'arme au risque d'un éventuel saut alors que le poisson remontait verticalement à la surface, les dents et la bouche en premier. Nous avons finalement réussi à sécuriser le poisson avec le lasso et l'avons emmenée sur les berges boueuses, un autre géant de la taille d'un homme - mon plus gros du voyage! Alors que nous étions ravis d'avoir encore un autre énorme gar, à ce stade, je pense que les hauts et les bas émotionnels avaient vraiment fait des ravages ... il était difficile de vraiment RESSENTIR quoi que ce soit. Il y avait eu de tels changements dramatiques des problèmes potentiels de fin de voyage à la conquête de poissons à vie. Nous sommes entrés dans la dernière journée satisfaits, mais désireux d'utiliser nos dernières heures de manière productive. La majeure partie de la journée a été consacrée à profiter de ce qui nous entourait - filmer et photographier les subtilités de la faune du Texas. Rédemption et victoire - À ce stade, notre appât vieillissait - et malgré les idées fausses, les alligators gar n'aiment PAS les appâts puants. Alors que nous remontions la rivière le dernier jour, Josh a aperçu quelque chose qui flottait à la surface de l'eau, c'était notre flotteur perdu de la veille ! Nous avions miraculeusement retrouvé le poisson que nous avions dû découper la veille, et il était encore ficelé. Nous avons rapidement, et maladroitement, attaché la ligne à une canne avec un nœud uni, ayant presque laissé tomber la canne par-dessus bord dans le processus et une fois de plus nous avons été boutonnés. Le poisson a été rapidement maîtrisé, peut-être dans la fourchette de 80 livres, mais c'était une grande victoire pour obtenir une rétribution et sauver le poisson. Pour le reste de la journée, les piqûres sont venues très lentement, avec beaucoup de gouttes. Les alarmes sonnent rarement pendant plus de 10 secondes. Finalement, nous avons obtenu ce qui allait devenir la dernière course solide de notre voyage - alors que Josh prenait la tête et tenait la barre. Nous sommes venus serrés sur le poisson - celui-ci étant moins désireux de sauter et plus enclin à baisser les épaules et à creuser tout le combat. Finalement, en brisant la surface, Josh avait décroché un autre alligator gar trophée à trois chiffres. Un beau spécimen pour finir le voyage ! Que ce soient mes dernières pensées - un appel de ralliement au pêcheur américain. Il est maintenant temps de se rallier derrière celui qui est notre champion des poids lourds. Le plus gros poisson d'eau douce unique à notre pays - un animal qui a précédé le colonialisme d'environ 150 millions d'années. Nous devons nous arrêter et réfléchir à la réalité de ce nombre - la véritable portée d'un poisson qui a établi sa résidence dans nos eaux bien avant que le gibier le plus populaire d'aujourd'hui n'atteigne le premier échelon de l'échelle évolutive. Nous sommes tellement chanceux que de telles créatures errent encore sur la terre. Alors, où êtes-vous, pêcheurs aventuriers ? Il est maintenant temps de canaliser le même enthousiasme que les espèces moins importantes vers le prédateur le plus puissant de nos eaux.

  • Le sentier Tamiami : le spectre de la pêche dans les Everglades

    Par David Graham - 11 juillet 2021 "Les Everglades" - l'une des zones humides les plus emblématiques de la surface de la terre où une "rivière d'herbe" protège quelque 2 millions d'acres de nature sauvage subtropicale vierge dans le sud de la Floride. L'un des véritables trésors fauniques d'Amérique du Nord - où les écosystèmes d'eau douce et d'eau salée fusionnent et fournissent un habitat essentiel à un large éventail de plantes et d'animaux en voie de disparition. Au début des années 1920, la construction de l'autoroute américaine 41 a commencé pour fournir une route commerciale de Tampa à Miami. Les 275 miles les plus au sud ont été nommés à juste titre "The Tamiami Trail". Ce devait être la première route à traverser les marais des Everglades. Les 90 kilomètres inférieurs de The Trail s'étendent d'est en ouest de Naples à Miami. Il s'étend le long de la bordure nord du parc national des Everglades où - sans intervention humaine - une grande partie de la zone serait submergée sous l'eau marécageuse une grande partie de l'année. Pour cette raison, la route devait être surélevée et l'a été avec de la dynamite. Des explosifs ont été installés pour creuser de la terre de remblai qui pourrait être utilisée pour élever la zone sur laquelle la route serait construite... et ces sculptures sont maintenant remplies d'eau sous la forme de canaux artificiels qui s'étendent parallèlement à l'autoroute. Pour certains aujourd'hui, le sentier n'est qu'un couloir d'un océan à l'autre à travers la Floride ... un moyen d'aller du point A au point B ... Mais pour un pêcheur à la ligne - les 90 quelques miles à travers la partie inférieure du Tamiami Trail sont une randonnée à travers divers écosystèmes avec des « kilomètres » de rencontres fortuites avec un large éventail d'espèces différentes. Là où une bonne préparation rencontre l'opportunité d'un poisson, le succès est inévitable. Le trek à travers The Trail est unique dans la diversité de son écosystème... le côté ouest du Tamiami Trail (à partir de la route nationale 29 ouest) est un environnement saumâtre dominé par des espèces de poissons d'eau salée. Alors que les Everglades dans leur ensemble ressemblent à un marais géant - il y a une source d'eau lente en dessous qui coule vers le sud. Ce flux d'eau douce en direction du sud est filtré à travers les zones de réserves naturelles décrivant la longueur du sentier où le mélange unique d'eau douce et d'eau salée se combine à l'un des écosystèmes de pêche les plus impressionnants de la planète. Le côté ouest de l'environnement "plus salé" de The Trail est identifiable par son abondance de mangroves rouges... où le pêcheur s'arrêtant le long du bord de l'eau peut apercevoir un tarpon qui roule, ou un banc affamé de snook ou de valets s'écraser sur des bancs sans méfiance de poissons-appâts. Le sentier est ponctué dans son intégralité par de nombreux ponts - dont beaucoup abritent des poissons prédateurs couchés dans l'ombre en contrebas. Le long du côté salé du Sentier, le pied de nez et le tarpon se dressent sous les ponts comme point d'embuscade - ou pour s'abriter sur place à l'abri du soleil. Souvent, des groupes de snook et de tarpon juvéniles peuvent être entendus éclater et s'écraser des poissons-appâts imprudents qui se demandent malheureusement sous l'ombre des ponts. La zone la plus salée des clairières le long du sentier Tamiami est la pépinière idéale pour des espèces comme le tarpon et le snook - où, pour la plupart, elles peuvent pousser et se développer près de la côte assez loin des concurrents ou des prédateurs pendant qu'elles mûrissent suffisamment pour atteindre une taille suffisante. avant de partir dans l'océan. Les pêcheurs désireux de pêcher dans cet environnement doivent être prêts à l'emploi. Une randonnée à travers le sentier Tamiami est l'une des pêches les plus amusantes que vous puissiez faire... car la longueur du sentier a suffisamment d'espace pour les épaules pour la plupart du temps pour se retirer immédiatement sur le site de l'eau prometteuse. Pourtant, la connaissance de la situation est essentielle car toute la longueur du Tamiami Trail est une autoroute à une voie ... où les voitures et les camions passent avec peu de place pour s'écarter, et un back-cast imprudent pourrait signifier être enroulé par un passant automobiliste. Les pêcheurs à la mouche doivent particulièrement se méfier ! Le Tamiami Trail a plusieurs points d'accès désignés pour les petites embarcations ou les bateaux - mais pour la plupart... quelque chose comme un canoë ou un kayak peut être lancé de pratiquement partout... et aussi bon que soit la pêche au bord, l'accès avec de petites embarcations ouvre des possibilités apparemment infinies de pêcher... et offre un plus grand avantage pour trouver plus de poissons. D'après mon expérience, la meilleure action le long du côté ouest du sentier Tamiami se produit lorsque l'eau se déplace. Les canaux le long du côté ouest du sentier sont affectés par la marée - et lorsque l'eau est vraiment agitée - cela semble vraiment activer la pêche. Le consensus général parmi les habitants est que tôt le matin et tard le soir est le meilleur moment pour cibler les espèces populaires comme le tarpon et le snook - quand ils quittent les poches cachées des mangroves profondes ou des ponts et peuvent être pris dans des endroits plus ouverts. l'eau. Aussi loin que le sentier s'étend d'est en ouest, il y a une faune abondante à rencontrer. Au-delà de la grande pêche, il y a de superbes paysages et une rencontre fortuite avec un alligator, différents serpents ou même un lamantin. Les Everglades sont également un important centre de migration pour des centaines d'espèces d'oiseaux migrateurs. Le sentier n'attire pas seulement des milliers de pêcheurs chaque année, mais des "ornithologues amateurs" de tout le pays et du monde viennent sur le sentier Tamiami pour organiser et observer des rassemblements de masse de différentes espèces d'oiseaux migrateurs comme la spatule rosée, les pélicans blancs, les hérons etc. Je voudrais avertir les pêcheurs à pied - que j'ai observé que les alligators le long du sentier Tamiami s'intéressaient particulièrement aux pêcheurs ... et qu'ils étaient bien habitués à prendre une pêche. J'ai côtoyé Alligators presque toute ma vie - mais c'est au bord d'un canal de Tamiami Trail que j'en ai eu un qui m'a volé une prise pour la première fois. Dans ce cas, il est préférable de simplement compter vos pertes et de passer à autre chose. La transition du paysage sur toute la longueur du sentier indique le changement de salinité de l'eau. Les écosystèmes changent et évoluent à mesure que chaque étape du sentier progresse. Les points de transition de The Trail sont uniques dans les zones où le tarpon, le snook et l'achigan se côtoient et où les pêcheurs peuvent profiter de la capture d'espèces d'eau douce et d'eau salée lors de lancers ultérieurs. Là où le rivage de la mangrove se transforme en cyprès chauve et la surface de l'eau est parsemée de nénuphars, les espèces d'eau douce s'épanouissent. Ici, les pêcheurs peuvent profiter de l'une des meilleures pêches au bar de l'État, en particulier dans des zones comme le tristement célèbre "C Canal", nommé à juste titre le L-67C. Mais, pour un passionné de plusieurs espèces comme moi, les berges surélevées et les conditions d'eau claire du canal offrent l'occasion unique de voir des poissons pour des espèces comme le gar et le bowfin. Le Bowfin (poisson castor) est un personnage incontournable des Everglades... et potentiellement son résident d'eau douce le plus ancien. Dans certaines zones du Sentier, la rare opportunité de cibler visuellement ces poissons est disponible. L'approche est aussi simple que de marcher le long du canal le long de son bord... mais les Bowfin sont particulièrement difficiles à voir dans l'eau. Lorsque Bowfin attend, totalement immobile, il est très facile de le manquer car il se fond exceptionnellement bien avec l'eau et les mauvaises herbes tachées de tanin. C'est lorsque les Bowfin sont en mouvement que l'ondulation rythmique de leur longue nageoire dorsale peut les abandonner. Ici, les pêcheurs devraient pouvoir lancer n'importe quelle variété de leurres ou d'appâts naturels ou artificiels au Bowfin opportuniste. Un obstacle majeur (ou une opportunité selon la façon dont vous le regardez) est la population toujours présente de Gar de Floride. Ces gars sont absolument partout d'un bout à l'autre du sentier - dans toutes les zones intermédiaires. Comprenez que parfois, obtenir un appât au niveau de la nageoire d'arc signifie le faire passer devant un groupe de gar désireux de prendre tout ce que vous lancez... transformant le jeu de ciblage de lancers sur tout ce que vous poursuivez en le proverbial enfilage d'une aiguille. À l'est le long du sentier, il y a aussi la présence toujours populaire d'un poisson exotique - le Peacock Bass. J'ai personnellement attrapé mon premier paon du Tamiami Trail. J'ai découvert que les bars de paon ne sont pas particulièrement difficiles à convaincre... et que le simple fait de les trouver est la plus grande tâche lors de leur poursuite. Les peacock bass de Floride sont des prédateurs extrêmement agressifs qui prendront presque tout ce qu'ils jettent sur leur chemin, en particulier lorsqu'ils se couchent. Si tout le reste échoue, un méné ou un cichlidé vivant dans leur visage les incitera généralement à commettre... mais d'autres espèces exotiques comme les oscars, les cichlidés mayas et les guapotes jaguars sont également très courantes. Le climat subtropical du sud de la Floride reste suffisamment stable tout au long de l'année pour que ces envahisseurs exotiques originaires de régions comme l'Amérique du Sud se soient adaptés et se soient épanouis "hors de contrôle", mais confinés dans des zones climatiques qu'ils peuvent tolérer... un effet secondaire d'un aquarium insensé libère quelques-uns il y a des décennies, mais au-delà de la réparation ou de l'inversion. Malgré toutes les possibilités de pêche à la ligne offertes par tout l'État de Floride, le Tamiami Trail me rappelle constamment. Où un long trajet continu en ligne droite sur un trajet d'un côté à l'autre de l'État offre certaines des meilleures pêches en bordure de route du pays. Les pêcheurs qui voyagent en Floride pour certaines de ses pêcheries les plus renommées ne devraient pas manquer l'occasion de pêcher sur le sentier Tamiami, où l'occasion de découvrir certaines des meilleures pêches et observations de la faune des Everglades est aussi simple que de pomper les pauses et de s'arrêter..

Tout afficher

Autres pages (25)

  • Boundless Pursuit Podcast | Boundless pursuit

    All Videos Lire la vidéo Lire la vidéo 01:13:32 Episode 64: The 705 Angler, with Nolan Shortt Nolan Shortt is a young multi-species angler out of Ontario Canada. He represents the growing culture of multi-species enthusiasts that have taken over the landscape of freshwater fishing. In this conversation we talk about staying fluid in our pursuit of different fish - Nolan's season on the water around Ontario - cold water patterns for bowfin and much more! This is an awesome young angler way ahead of the game with his species count and quality of fish caught! Instagram: https://www.instagram.com/705_angler/ Youtube: https://www.youtube.com/channel/UCxchr1ntoceCcsGa5XTAACQ/videos?view=0 _________________________________________________________________________________ See more at http://www.boundless-pursuit.com Instagram: @boundlesspursuit Lire la vidéo Lire la vidéo 02:32:20 Episode 63: Tiger Shangri La, with Francois Botha Francois Botha is a lifelong fly angler and adventurer from South Africa. He's traveled the world chasing some of the most renown and relatively unknown species of fresh and saltwater fish on earth. He's spent the better part of the last two decades chasing the goliath tigerfish on fly, even when others said it can't be done. His journey into the Congo and Central Africa is a unique tale of facing adversity, naysayers, and ultimately fulfilling a dream. In this episode we talk about the journey and the challenge of finding and capturing goliath tigerfish on fly. We talk about partnerships and efforts to ensure the conservation of the species, the unique river systems they're found in, and the development of Goliath Expeditions. Instagram: @franbo_fly_fishing @goliathexpeditions @palometaclub Goliath Expeditions: https://goliathexpeditions.com/ Palometa Club Website: https://palometaclub.com/ Youtube: @franboflyfishing242 ___________________________________________________________________________ See more at http://www.boundless-pursuit.com Instagram: @boundlesspursuit Lire la vidéo Lire la vidéo 01:41:16 Episode 62: Wild Sea Expedition, with Nicola and Johan Nicola Vitale and Johan Persson Friberg join the podcast this week to talk about Wild Sea Expeditions. Founded by Italian adventure angler Nicola Vitale, Wild Sea Expedition specializes primarily in saltwater fishing in some of the most untouched and pristine locations one earth. We talk about exploring new waters and taking the passion for the pursuit of big fish as far as it can be pushed. We talk about getting stranded on the island of Socotra for months during the global pandemic - exploring the Nubian flats and reefs of Sudan for giant trevally, triggerfish, napoleon wrasse, and parrotfish. We talk chasing monster bluefin tuna on spin gear and fishing the crystal clear flats of the Los Roques Archipeligo. Nicola of Italy and Johan of Norway are two of the most diehard adventurers and anglers i've had the pleasure of talking to so far. You absolutely must check out there stuff at Wild Sea Expedition! Website: https://www.wildseaexpedition.com/ Youtube: https://www.youtube.com/@wildseaexpedition4324 Instagram(s): @wild_sea_expedition @nicolavitali_fishing @johan_persson_friberg ___________________________________________________________________________ See more at http://www.boundless-pursuit.com Instagram: @boundlesspursuit Lire la vidéo Lire la vidéo 01:54:15 Episode 61: Out of the Desk and Into the Dream, with Matthew Podobinski. This week international guide Matthew Podobinski joins the podcast to talk about his broad range of travels across the world as a guide. Matthew's story is unique, having found himself behind the desk of a deeply unsatisfying job, he left behind a career path headed nowhere to pursue his passion. As a lifelong outdoorsman and angler, Podobinski began guiding as a white water raft instructor - where the skills he gained traversing difficult rivers, certifications in first aid, and experience as an angler made him an ideal candidate for guide lodges. Matthew has since guided in Alaska, India, Central and South America, Asia and too many places to name! He is an outstanding angler, guide, and story teller! Instagram: @mpwilderman Fishing Film: Escaping Time. https://www.youtube.com/watch?v=iQm9KtILXmA ___________________________________________________________________________ See more at http://www.boundless-pursuit.com Instagram: @boundlesspursuit Lire la vidéo Lire la vidéo 01:30:29 Episode 60: Right Place Wrong Decade, with Robb Herrington This week intrepid fly angler Robb Herrington joins the podcast to talk about some of his unique experiences wandering the country and globe for fishing and adventure. We talk about Robb's broad range of experiences from time spent chasing peacock bass in the Amazon, salmon and trout in Alaska, flats fishing in Africa for GT's, and being among the few anglers to ever catch a Red Kaloi on fly deep in remote Borneo jungle. We touch on the importance of making the most of what time we have to do it and enjoying more than just the fish. Instagram: @wrong_decade_ff ___________________________________________________________________ See more at http://www.boundless-pursuit.com Instagram: @boundlesspursuit Lire la vidéo Lire la vidéo 01:21:44 Episode 59: Earning Your Stripes on Montauk, with Brandon Sausele Brandon Sausele is a 7 time Montauk Surfmasters Champion and diehard surfcaster. Donning a wetsuit, he enters the turbulent waters of the Montauk surf at odd hours... hopping, wading, and even swimming through dangerous waters to find far reaching rocks to get enough of a foothold to launch a cast. In this episode we talk about the dedication and hours of commitment needed to find bite windows, ideal conditions, and patterns to find that coveted trophy striped bass. This is certainly one of the most hard core anglers that has joined the podcast thus far! Instagram: @bsausele42 ___________________________________________________________________ See more at http://www.boundless-pursuit.com Instagram: @boundlesspursuit Lire la vidéo Lire la vidéo 01:34:51 Episode 58: To Saskatchewan and Beyond Chance Prestie is an angler and biologist out of Saskatchewan Canada. He joins the Boundless Pursuit podcast this week to talk about fishing for Arctic char, lake trout, steelhead and more from Saskatchewan and beyond. We discuss the long trips for narrow windows to secure bucketlist fish... and we talk about fishing, guiding, and tying passions together. Instagram: @ccprestie ___________________________________________________________________ See more at http://www.boundless-pursuit.com Instagram: @boundlesspursuit Lire la vidéo Lire la vidéo 35:36 Episode 5: Wels Catfish Trip Recap Listen to the recap of my trip to Spain chasing monster wels catfish. We used belly boats outfitted with electric motors and live-scope to locate these giant catfish and capture them by vertical jigging with artificial lures! ___________________________________________________________________ See more at http://www.boundless-pursuit.com Instagram: @boundlesspursuit

  • Media | Boundless pursuit

    Médias Baladodiffusion de Tom Rowland Découvrez-moi sur le Baladodiffusion de Tom Rowland Alligator Gar Champ et flux Waypoint Consultez mon article présenté sur le site Web de WaypointTV. Pêche au mérou Goliath depuis le rivage. Champ et flux Field & Stream est récemment intéressé à mon voyage de 2022 à Lake Fork, au Texas, pour rejoindre mon copain Austin Anderson. Voir leur synopsis dans le lien joint à la photo. Cliquez sur la photo* Field & Stream - Podcast Hook Shots ai eu la chance de rejoindre Joe Cermele - anciennement de Field and Stream - pour promouvoir Bowfin sur le podcast Hook Shots. Écoutez ci-dessous Magazine de la vie en plein air : Mon article dans édition printemps 2020 de Outdoor Life Magazine - détaillant les méthodes de capture de Bowfin dans eau en mouvement. (cliquez sur image ci-dessous)

Tout afficher

Articles (50)

Tout afficher
bottom of page