top of page

Voyage Alligator Gar 2013

Expédition Alligator Gar de 2013


Le voyage Alligator Gar 2013 a été un succès retentissant… mais il ne s'est certainement pas déroulé sans défis. Après des mois de planification et de préparation, je dois dire que le voyage était tout ce à quoi je pouvais m'attendre et espérer. Le rouge n'est jamais facile et vous fait vraiment travailler pour vos poissons. Erin et moi avons pris la route le 3 juin à 04h30 pour les 16 heures de route jusqu'à la maison de mon frère dans l'Oklahoma. N'ayant que du temps et des kilomètres, les pensées de poissons géants sont aussi motivantes qu'elles sont un coup de filet pour un véhicule qui ne peut tout simplement pas se déplacer assez rapidement.


Nous sommes entrés dans l'Oklahoma dans un délai raisonnable et avons passé la première journée à visiter, à consolider l'équipement et à peaufiner le plan de match en termes d'installation du camp, de récolte des appâts et de mise à l'eau dès que possible. Mon frère habite à moins de 2 heures de la rivière Rouge, mais l'Oklahoma mis en avant est fastidieux et nécessite un long trajet, bien trop long pour trois personnes, trois personnes de matériel et un canot ! Nous avons opté pour un trajet plus long pour accéder à un point de mise en place à proximité de notre camping prévu.

J'ai été immédiatement soulagé que le temps de ce voyage ait semblé un peu plus frais. La chaleur de 110-115 degrés de 2012 était tout simplement trop. À cause de tout l'équipement (probablement TROP), Travis a dû transporter notre équipement du point de départ au camping à 2 allers-retours et demi. Erin et moi avons choisi de marcher sur une berge escarpée et boueuse pour faire plus de place pour la navette de matériel, mais… grâce au mauvais choix d'Erin en chaussures de plein air (euh… crocs), cela nous a pris un peu plus de temps que prévu grâce à quelques glissades, chutes et chutes ! La tente hamac de Travis a été vraiment mise à l'épreuve ce voyage

Le plan de match était… Travis et moi jeterais du matériel, nous déplacerions vers une section calme de la rivière pour installer une senne ciblant l'alose, et laisserions Erin diriger la « station de bisons » comme nous l'appelons. Pour le buffle (et la carpe), nous avons à peu près des granulés collés au fluage… ils gèrent bien le courant sans trop de dérive ou de dissolution. Nous avons brièvement expérimenté quelques appâts de base, mais le courant les a déplacés, le poisson-chat les a ramassés et ils se sont avérés nécessiter un peu trop de travail.


Erin, qui n'a besoin d'aucune aide pour le gréement, l'appâtage… quoi que ce soit, a amené son premier buffle assez rapidement tandis que Travis et moi avons installé l'équipement Gator Gar sur la rive opposée. Son premier buffle était aussi un vrai tank… et nous a fourni une excellente source rapide d'appâts. Travis et moi avons également apporté quelques beaux aloses à gésier avec un filet noué à la main qu'un de mes amis Oran Shea m'a fourni (consultez OSnets.com… il fait du bon travail!)

Avec une bonne source initiale d'appâts dans la glacière, nous n'avons pas perdu de temps pour installer nos lignes. Nous avons pêché 4 cannes à la fois, toutes équipées de détecteurs de touche. Fondamentalement, les 4 alarmes sont coordonnées numériquement… de gauche à droite face à la rivière, nous sommes allés de 1 à 4 et un récepteur portable m'avertissait de quelle canne était jouée sur un écran qui indiquait quelle alarme numérique sonnait. Si les 4 s'éteignaient simultanément… le récepteur me le ferait savoir aussi. Les alarmes sont vraiment un outil essentiel lorsqu'il y a le rangement du camping et d'autres tâches à effectuer pendant que les appâts trempent dans les yeux et les oreilles.

Les lignes ont touché l'eau et je ne pense pas qu'il se soit écoulé plus d'une heure avant que la première alarme ne retentisse. Travis et moi y sommes déjà allés… c'était le tour d'Erin. Elle n'est pas étrangère aux gros poissons, mais Alligator Gar est tout simplement dans une classe à part. Erin a laissé le poisson courir avec une alose coupée pendant environ 10 minutes, peut-être plus… juste pour s'assurer que le poisson serait correctement accroché. Malheureusement, juste au moment où nous étions prêts à engager le Gar, il a lâché l'appât… C'était une bonne partie du temps perdu et juste un autre excellent exemple de la façon dont ces bons poissons jouent avec vos émotions. Nous avons de nouveau déposé l'appât à peine endommagé et pas plus d'une heure s'est écoulée avant que le même appât ne soit repris. Cette fois, Erin a décidé qu'elle allait dicter quand le poisson serait accroché. J'ai perdu la notion du temps, mais vers la minute 10, Erin a de nouveau décidé que l'attente était terminée… Elle a dévidé, pointant sa canne directement vers la zone générale où nous pensions que le poisson était jusqu'à ce que la ligne soit enseignée… et a fait exploser le poisson avec un grand hameçon . La bataille était lancée. Son poisson s'est dirigé en amont contre le courant et s'est lancé hors de l'eau et nous avons tous les trois crié comme des fous, le poisson pesait définitivement plus de 100 livres!

Je suis tellement excité que je n'ai pas fait le meilleur saut sur le film, mais nous avons quand même eu une bonne action… notre objectif principal était juste de ramener le poisson. Erin a bien encaissé le poisson, et après quelques tentatives infructueuses, j'ai fixé un lasso de corde autour du poisson et c'était officiel ! Erin avait apporté un grand poisson, son plus gros poisson de tous les temps (jusqu'à présent !) Travis, qui était de l'autre côté de la rivière en train de faire l'entretien de base du camp, SWAM à travers la rivière pour partager la crainte du poisson de près, et pour nous aider à prendre quelques photos correctes du poisson. Son Alligator Gar n'a pas été mesuré, mais nous avons estimé que le poisson pesait environ 6'5 115 lb.

Nous avons eu une ou deux courses de plus le premier jour, ce qui était un bon signe…. dont l'un m'a appâté dans un jeu assis et attendu pour un appât abandonné. Néanmoins, les poissons d'Erin nous ont chargés d'optimisme au coucher du soleil. Des nuages sombres et inquiétants se sont rapprochés de nous alors que nous nous asseyions autour du gril et du feu de camp récapitulant ce qui a été une première journée réussie. Alors que la lumière du jour cède la place à l'obscurité, il est devenu évident que nous allions connaître du temps… nous n'en avions aucune idée.

Travis a rempli nos estomacs de hamburgers et des hotpockets classiques de tous les temps avant de nous coucher. Attention, nous n'avons pas eu beaucoup de mal à nous endormir. Vers 02h30-03h00, je me suis réveillé avec des vents hurlants et du tonnerre à l'horizon. Nous avions une bâche enroulée derrière la tente et je suis allé de l'avant et je suis sorti pour aider à préparer une nuit humide. Je porte des lentilles de contact… et même quand il ne fait PAS noir à l'extérieur, je suis pratiquement aveugle sans elles. Nous avions vu quelques scorpions autour du camping plus tôt dans la nuit, alors marcher sur la pointe des pieds autour de la tente, pieds nus et aveugle, me donnait la chair de poule… J'ai jalonné la bâche et complètement recouvert notre tente pour nous protéger de la pluie venant en sens inverse. Je suis rentré dans la tente et me suis rapidement rendormi. Je ne sais pas combien de temps s'est écoulé avant qu'Erin et moi ne soyons réveillés par des vents qui secouaient le sol… ce vent vraiment terrifiant des plaines du centre-sud… nous n'étions pas trop éloignés de certaines des tornades les plus meurtrières de l'histoire et dans le noir absolu entouré de arbres, il reste beaucoup à l'imagination dans ces circonstances. Le vent a été bientôt complété et renforcé par des pluies torrentielles et je veux dire que nous parlons de vent de 60 mph.


Travis… toujours à la recherche d'un défi, avait décidé que ce voyage serait le moment idéal pour tester sa nouvelle « tente hamac »… mauvaise idée. Travis a été presque éjecté de la tente avant de se soumettre aux éléments et forcé de plonger dans notre petite tente au sol. Notre bâche avait été arrachée du sol et jetée quelque part dans les bois et nous devions tout simplement endurer. Je n'ai pas pu m'empêcher d'imaginer une tornade invisible juste de l'autre côté de la limite boisée, ou une sorte de crue éclair sur la rivière pas loin en contrebas… et l'idée n'était pas loin de la réalité, la rivière Rouge peut être extrêmement violente et dangereuse. Nous avions encore du matériel là-bas, y compris le canot qui n'était pas attaché loin de la ligne de flottaison.

La foudre s'est écrasée de façon effrayante près de l'endroit où nous avons dormi… et je ne suis pas fan de la foudre. Erin a bien sûr dormi comme un bébé, Travis oooh'd et aaahhh'd sur le spectacle… et je me suis juste bouché les oreilles. Nous nous sommes réveillés sur une scène de chaos…


Erin est partie le 2ème matin du voyage, elle n'avait prévu de rester qu'une journée… ce n'était pas à cause de la météo ou quoi que ce soit. Travis et moi avons fait le plein tôt avec un bon petit déjeuner (sandwichs Bacon/Hamburger !). Après ça…. nous avons réarrangé ce qui avait été déplacé ou endommagé par les tempêtes et avons commencé à essayer d'attraper des appâts. Le niveau de la rivière avait monté de plusieurs pieds mais heureusement le canot n'avait pas été dérangé. Il y avait cependant un obstacle évident à affronter. Une grande quantité de bois s'était déversée dans la rivière et nous avons rencontré des problèmes très tôt. Des branches, des bûches et des bâtons de toutes tailles obstruaient notre moteur de pêche à la traîne et rendaient pratiquement impossible l'utilisation du filet. Le flux de courant avait augmenté et les débris glissant le long de la surface représentaient un danger pour toute ligne qui s'y trouvait. Pendant des heures, nous avons regardé l'eau pendant que nous travaillions, mais le gros rouleau d'un Alligator Gar ne semble jamais venir. Les poissons avaient clairement été dérangés par le temps… mais il était difficile de dire s'ils avaient réellement migré ailleurs ou s'ils se postaient simplement au fond.

Le buffle à petite bouche semblait adorer l'activité cependant… il y avait des buffles qui roulaient absolument partout et nous pouvions à peine marcher sur le rivage sans déranger les poissons à quelques pieds de la rive.

Les bisons étaient contents... et ça nous a rendus heureux. Nous avons récolté quelques buffs pour les appâts et obtenu au moins deux passages solides sur les alarmes de morsure avec Alligator Gar le deuxième jour, ce qui a entraîné des chutes dues à l'ingestion de la ligne de plomb par des débris. Nous avons également essayé d'attraper le lépisosté à long nez sur de petits morceaux de bison… nous avons vu quelques énormes lépisostés à long nez rouler, facilement plus de 60 pouces et probablement plus de 40 livres. Nous n'avons tout simplement pas pu les attraper non plus, mais Travis a réussi à ramener un petit poisson-chat bleu décent pendant que nous essayions le long nez.

À la fin du jour 2, nous étions assez découragés et j'avais vraiment peur que toute la région ait été abattue par la tempête. J'avais cartographié une zone de plan B avant le voyage à environ 6 miles en aval de la rivière qui semblait vraiment prometteuse… un virage serré avec un trou profond de 20 pieds, les bancs de sable d'un côté ou de l'autre seraient idéalement un emplacement privilégié pour déposer quelques appâts pour gros gar.

La deuxième nuit dans les tentes a été bien plus agréable que la première. Des cieux aussi clairs qu'ils pourraient l'être et les tronçons éloignés de la rivière Rouge que nous aimons sont si éloignés des lumières de la ville que vous pouvez vraiment contempler le ciel nocturne et profiter pleinement de la profondeur des étoiles.


Le troisième et dernier jour, Travis et moi nous sommes réveillés, avons mangé et avons commencé à faire nos valises. C'était vraiment une situation à faire ou à mourir parce que depuis le premier jour, nous n'avions tout simplement pas eu de chance et aucun de nous n'avait attrapé un Alligator Gar. Nous sommes partis en risquant beaucoup pour essayer une zone dont nous ne savions tout simplement rien… nous ne savions même pas si elle était vraiment accessible au-delà des panneaux affichés. Une heure de route plus tard, en descendant d'anciens ranchs, des chemins de terre non marqués et à travers des routes profondes et boueuses, nous avons atteint le virage. La zone avait l'air superbe, mais il n'y avait pratiquement aucun espace debout le long des rives… c'était comme une chute abrupte de la rive à l'eau et cela aurait rendu l'accès en canoë presque impossible et la banque d'un gros poisson pas plus facile. Nous avons balayé la surface pendant près de 20 minutes mais seul le long nez est apparu. Il était difficile de se sentir comme si nous avions peut-être jeté notre meilleure chance d'obtenir un poisson trophée sur un pari… déchiré entre un certain désir de se battre et de travailler dans une zone étrangère et la possibilité de retourner jusqu'à l'endroit où nous avons commencé seulement brûlé les dernières heures que nous avions pour le reste de l'année pour rencontrer une de ces magnifiques créatures. Nous avons finalement décidé de remonter jusqu'à l'endroit où nous étions.


Nous avons dû revenir à la case départ deux fois plus vite que nous étions partis… cette fois, nous avons choisi notre équipement avec parcimonie. Nous avons attrapé nos 4 cannes, détecteurs de touche, train d'atterrissage, appâts et caméras et avons fait une course rapide vers la banque sur laquelle nous avions été postés tout au long. Nous avons ignoré le buffle aujourd'hui, mais j'ai fait dériver des morceaux d'appâts entre-temps pour le long nez… ils sont tout simplement trop gros dans cette rivière pour être ignorés. Ce voyage, ils étaient têtus, mais j'ai réussi tôt un joli poisson de 48 pouces.

Il était déjà tard dans l'après-midi et le soleil déclinait. Les appâts ont trempé pendant une heure ou deux avant que l'une des alarmes ne commence à sonner. Cette fois, il n'y avait pas de débris dans l'eau et nous étions pratiquement au-dessus de la canne dès que le poisson prenait la ligne. J'ai laissé le poisson porter pendant environ 10 minutes avant de m'engager et tout s'est bien passé. L'hameçon était solide et le poisson se sentait GROS. Le combat a duré environ 15 secondes avant que la ligne ne recule dans ma direction et ne devienne molle… un autre poisson perdu. Avec tout ce que nous avions enduré avant ce moment, je n'ai pas pu m'empêcher de penser que c'était probablement notre dernier coup et tout ce que j'avais à montrer pour cela était un hameçon triple courbé bon marché.

Un poisson de taille inconnue perdu sur un hameçon tordu...

Nous n'avons pas eu le temps de nous asseoir et de nous morfondre… un nouvel hameçon a été attaché au bas de ligne et l'appât a été rejeté. Une autre heure s'est écoulée et la même tige a commencé à chanter alors que le soleil commençait à se submerger sous la limite des arbres. Cela DEVAIT être ça… il n'y avait pas d'autre option. J'ai suivi ce poisson pendant encore 10 minutes avant de mettre trois jours de frustration dans un hameçon en haleine et encore une fois, les choses semblaient solides… gros poisson !


J'ai immédiatement desserré ma traînée sur un hameçon enseigné pour soulager la pression de ce qui aurait pu être un autre hameçon d'une semaine et laisser le poisson prendre de la traînée. Elle n'allait nulle part cette fois… malgré les hochements de tête, quelques sauts et coups excitants, nous avons amené le poisson dans les eaux peu profondes et elle n'avait tout simplement pas le courage de se battre vers les eaux plus profondes avant que Travis ne mette le piège autour de son tête. Alors que le câble se synchronisait étroitement derrière les énormes nageoires pectorales du poisson, je savais que c'était officiel et je ne pouvais pas croire qu'UNE FOIS ENCORE nous ayons eu notre meilleure chance dans les dernières heures du dernier jour. C'était dramatique, c'était le livre d'histoire se terminant par un voyage fantastique. Nous avons pris de superbes photos et vidéos et renvoyé le monstre sur son chemin.




Comments

Rated 0 out of 5 stars.
No ratings yet

Add a rating
bottom of page